Mission d’étude sur le site chrétien d’Ayatekla en Turquie

L’université d’Istanbul a annoncé avoir entamé une mission d’étude de dix jours sur l’ancien site chrétien d’Aya Tekla, proche de Silifke (l’antique Séleucie d’Isaurie), aujourd’hui une petite ville située sur la côte sud de la Turquie, face à Chypre.

Ayatekla (venant du grec « Sainte-Thècle) fut très tôt un important lieu de pèlerinage lié au personnage de Thècle, dont l’histoire n’est connue que par les Actes de Paul et Thècle, largement légendaires. Jeune fille issue d’une riche famille d’Iconium (aujourd’hui Konya, en Turquie), elle aurait vécu au Ier siècle et aurait été convertie par les enseignements de l’apôtre Paul. A la fin de sa vie, elle se serait retirée dans un ermitage près de Séleucie d’Isaurie, où elle serait morte et aurait été inhumée.

Eglise rupestre sur le site d'Ayatekla.
Martyrium rupestre de sainte Thècle. Credits : Bocachete, CC by SA.

Considérée par l’église orthodoxe comme « isapostolos », c’est-à dire « égale aux apôtres » pour sa contribution supposée à l’extension du christianisme, sa vénération prend un grand essor en Orient dès le début du Christianisme. Le lieu de sa tombe devient rapidement un important site chrétien et l’objet d’un pèlerinage. Dès le IIe siècle, une église y est construite. Au IVe siècle, le site s’est déjà considérablement développé : des moines vivent dans ses environs et une muraille l’entoure pour le protéger des raids des Isauriens. Une autre église rupestre, qui subsiste encore aujourd’hui, est construite dans une autre grotte.

Restes de l'abside de la basilique de Zénon l'Isaurien. Credits : Klaus-Peter Simon, CC by SA.
Restes de l’abside de la basilique de Zénon l’Isaurien. Credits : Klaus-Peter Simon, CC by SA.

L’empereur byzantin Zénon l’Isaurien (474-491), originaire de la région, impulse une extension importante du complexe en reconstruisant cette dernière église et en lui ajoutant une colossale basilique en surface. L’activité architecturale se poursuit jusqu’au début du VIe siècle : au moins deux églises supplémentaires sont édifiées, ainsi qu’un bain public et plusieurs citernes.

Colonnade de la citerne, Ayatekla.
L’intérieur de la citerne des bains. Credits : Bocachete, CC by SA.

Le site est aujourd’hui en ruines, mais il en subsiste cependant des vestiges importants : l’église souterraine à trois nefs, qui fait encore aujourd’hui l’objet d’un pèlerinage, ainsi que les vestiges de la basilique édifiée par Zénon, les ruines des bains et de citernes.

Vestiges de la citerne des bains. Credits : Klaus-Peter Simon, CC by SA.

L’étude menée par l’université d’Istanbul a pour but de mesurer et de photographier pour la première fois les citernes encore subsistantes, non seulement la plus importante, mais aussi deux autres qui ont été découvertes durant les dernières années. Ses résultats seront aussi utilisés pour déterminer une meilleure politique de préservation du site.

La Turquie est riche en sites chrétiens qui furent ou sont encore l’objet de pèlerinages. Parmi les principaux, on peut compter la maison de Marie et la grotte des sept dormants à Ephèse, ou encore l’église de Demre qui abritait le tombeau de saint Nicolas.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *