Fouilles de la possible nécropole des rois vikings de Bornholm

carte

Bornholm est une île danoise dans la Mer Baltique, peuplée dès l’âge de pierre. Durant le haut Moyen-Âge, elle est le siège d’un royaume viking local centré autour de la forteresse de Gamleborg et l’île devient un point de commerce important. Les fouilles archéologiques d’un cimetière de cette période met en lumière l’époque où les Vikings dominaient la mer Baltique.

Un des plus riches cimetières vikings du Danemark

Vue du site des fouilles. Crédits : Bartosz Świątkowski.

Le site de Nørre Sandegård Vest se trouve au nord-est de l’île de Bornholm. Il est connu depuis longtemps : dans les années 80, les archéologues pensaient même l’avoir complètement exploré. Pourtant, en 2013, la découverte fortuite d’une tombe de femme avait montré qu’il n’en était rien, et de nouvelles campagnes de fouilles avaient débutées en 2014, menées par l’université de Gdansk.

Or depuis cette date, les archéologues polonais ont mis au jour près de 40 nouvelles tombes, remontant à une période s’étalant entre le VIe et le VIIIe siècle, faisant du site l’un des plus riches cimetières vikings du Danemark pour cette époque. Et la campagne de 2016 a encore montré que le cimetière était probablement encore plus important.

Une nécropole de l’élite viking de Bornholm.

Découverte d’un collier comptant près de 140 perles, dont cinq améthystes. Crédits : Bartosz Świątkowski.

Les chercheurs ont étudié les restes de près de 40 hommes, femmes et enfants. Un matériel funéraire important a aussi été retrouvé dans les tombes, reflétant l’organisation de la société de l’époque. Ainsi, les sépultures féminines ont livré de nombreux objets ornementaux : colliers aux perles de verre, broches, pendants et autres accessoires de beauté. Les sépultures masculines, quant à elles, comportaient des épées, des poignards, des lances, des boucliers et des ornements de ceinture. Les morts étaient également enterrés avec leurs chevaux, ces animaux étant alors vus comme symboles d’un statut social élevé.

A qui appartenaient ces tombes ? Il est probable que cette nécropole n’ait pas seulement été choisie pour sa proximité avec la mer, mais aussi parce qu’un centre de pouvoir se trouvait dans ses proches environs. Or on sait par les récits d’un voyageur de la fin du IXe siècle, Wulfstan, que Bornholm était gouvernée par un roi. Les chercheurs envisagent donc l’hypothèse que ce cimetière ait été celui de la dynastie locale et de son entourage.

Une île au passé viking encore mystérieux

Les recherches archéologiques menées sur Bornholm ont livré au cours des années de nombreux vestiges remontant aussi loin que l’âge de pierre : la découverte en 2016 d’une pierre gravée laissait penser que celle-ci avait pu être une carte.

L’époque viking, qui en l’absence de sources historiques reste largement dépendante de l’archéologie, commence à être mieux documentée. Les archéologues polonais, qui travaillent à Bornholm depuis 2012, ont déjà mis à jour lors de précédentes campagnes l’une des maisons vikings les mieux préservée, remontant au IXe – XIIe siècle, des céramiques vikings et slaves ainsi que des pièces d’argents, principalement des dirhams arabes mais aussi deux pièces perses sassanides datant de 612, illustrant la place de Bornholm au sein des échanges commerciaux du Moyen-Âge.

Ces fouilles et découvertes archéologiques contribuent lentement à mieux dessiner l’histoire de l’île à l’époque des vikings, un moment de changement fondateur pour toute la région de la Baltique.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :