Fouilles d’un château des chevaliers teutoniques en Pologne

Les ruines d’un château des chevaliers teutoniques remontant au XIIIe siècle sont en cours de fouilles près de la ville d’Unisław. Les fortifications étaient construites sur une pente dominant la vallée de la Vistule, non loin de Toruń dans la région de Chelmno en Pologne, qui constitue le berceau historique de la puissance territoriale de l’Ordre teutonique.

Qui étaient les chevaliers teutoniques ?

Fondé au cours des croisades après celui des Hospitaliers et des Templiers, il s’agit d’un ordre religieux hospitalier qui prend naissance lors du siège de Saint-Jean-d’Acre en 1190, lors de la troisième croisade. Il est très vite réorganisé en ordre militaire et composé principalement de chevaliers « teutons » venant des terres germaniques où l’ordre reçoit de nombreuses possessions.

Extension de l'Ordre teutonique vers 1260. Crédits : S. Bollmann.

Outre leur présence en terre sainte, l’Ordre teutonique commence aussi à lutter contre les Païens aux marges du saint empire romain, dans le cadre des croisades baltes lancées par les papes dès la fin du XIIe siècle. En 1291, Acre et le Proche-Orient sont perdus et l’ordre se replie en Europe, où il atteint son apogée au XIVe siècle, constituant une véritable principauté en remportant de nombreux succès militaires contre la Livonie ou la Lithuanie.

Le déclin commence à la fin du XIVe siècle. Suite à une série de guerre contre la Pologne, l’Ordre teutonique perd de sa puissance. En 1466, il est contraint de se replier sur la Prusse orientale et de se reconnaître vassal. L’Ordre teutonique se scinde au XVIe siècle, lorsque le grand-maître adopte le protestantisme ; la branche restée catholique existe encore de nos jours en tant qu’ordre religieux.

Unislaw, un château-fort oublié.

Vue du château de Torun, à 30km d'Unislaw. Il s'agissait de l'une des principales places fortes de l'Ordre en Pologne.
Les fouilles archéologiques menées cette année par le Dr. Wiewióra et son équipe ont déjà permis d’en apprendre beaucoup sur Unislaw et sa structure : le château était organisé en plusieurs complexes, dont le principal était sa partie haute, qui ne mesurait qu’une trentaine de mètres – ce qui en fait le plus petit château teutonique dans la région de Chelmno. On y trouvait aussi un bâtiment principal et un autre latéral, construit en brique, et tous deux bâtis sur des arcades pour compenser l’instabilité du terrain. En face de ces bâtiments se trouvait une petite cour sur laquelle donnaient des édifices auxiliaires, dont une cuisine qui a été fouillée et où ont été retrouvés des céramiques ainsi que des restes alimentaires : os, coquilles d’œufs, écailles et arrêtes de poisson.
D’autres objets relatifs à la vie militaire mais aussi à la vie quotidienne de la garnison ont aussi été découverts sur le site, comme un couteau oxydé mais bien préservé ou des composants d’armures.

Une chronologie désormais mieux connue.

Les fouilles ont aussi permis de préciser la chronologie de ce château, que certains pensaient avoir été construit dès 1245. Au vu des découvertes, le Dr. Wiewióra penche plutôt pour une première phase de construction liée à la présence du commandeur de l’Ordre mentionné dans les sources historiques dans les années 1270-80 et nommé Hermann. Les chevaliers teutoniques auraient alors édifié un premier château en bois, qui aurait servi de siège à un commandeur jusqu’en 1326.
Défaite de Tannenberg en 1410, qui consacre le déclin de l'ordre face à la Pologne. Illustration de la fin du XVe siècle.

Dans les années 1339, alors que l’Ordre connaît son apogée, un procurateur a été établi à Unisław, et le château a été rebâti, cette fois en brique. Puis la forteresse est prise dans les luttes des chevaliers avec le royaume de Pologne : elle est prise et détruite en 1454 durant la guerre de 13 ans et perdue lors du traité de Thorn (aujourd’hui Toruń) en 1466.

Sous domination polonaise, le château est de nouveau détruit lors des guerres contre la Suède et définitivement abandonné.

 

 

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *