En Arabie Saoudite, de mystérieuses structures de pierre plus vieilles que les pyramides ?

Près de 400 mystérieuses structures de pierre vieilles de plusieurs milliers d’années ont été repérées dans la région volcanique et désertique de l’Harrat Khaybar, dans le centre-ouest de l’Arabie Saoudite, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Médine. Si des constructions similaires se retrouvent dans une large région englobant ce pays mais aussi la Syrie et la Jordanie, on ne sait pour le moment que peu de choses de ces centaines de structures qui pourraient être plus vieilles que les pyramides d’Égypte et rappellent dans leur concept les lignes de Nazca.

Des mystérieuses structures au milieu des volcans.

Bien qu’un groupe de citoyens saoudiens, la « Desert Team« , ait été le premier à cartographier ces structures de pierre et à visiter certains des sites, leur repérage et étude s’est pour l’instant principalement fait par images satellites.

Beaucoup des structures nouvellement repérées sont désignées par les archéologues sous le nom de « porte » ou « portail » (gate en anglais), car vues du ciel, elle rappellent les portails des champs. Elles se retrouvent généralement en groupes, et un grand nombre d’entre elles ont été élevées sur d’anciens dômes volcaniques.

David Kennedy, professeur à l’université d’Australie-Occidentale (UWA), est l’auteur d’un article sur ces structures qui sera publié en novembre dans le journal AAE (Archéologie et épigraphie arabes). Il rapporte que les portes sont « construites en pierre, avec des murs grossiers et bas » et qu’elles « semblent être les plus anciennes structures édifiées par l’homme dans ce paysage », même si « aucune explication évidente quant à leur fonction ne peut être discernée ».

La plus petite des portes mesure environ 13 mètres de long, tandis que la plus grande en atteint 518 mètres, soit la longueur de 5 terrains de football. Plusieurs comportent de multiples murs qui, dans un certain nombre de cas, composent un motif rectangulaire. Certaines autres, appelées « portes de type I », ne comptent qu’un seul mur se terminant par des amas de pierre a chaque extrémité.

Toujours selon David Kennedy, « les portes se retrouvent seulement dans des champs de laves désolés et inhospitaliers, avec peu d’eau ou de végétation, des zones de toute évidence hostiles pour notre espèce ». Mais le chercheur considère aussi qu’il y a des milliers d’années, ces régions étaient probablement plus hospitalières qu’aujourd’hui.

roues-vues-du-ciel-oasis-azraq-jordanie
Vue de structures en roue, en Jordanie.

Les portes ne sont par ailleurs pas les seules structures que l’on retrouve dans la zone. D’autres, appelées « cerf-volant » étaient utilisées pour la chasse afin de piéger les animaux. D’autres encore, appelées « roues » à cause de leur forme, ont aussi été repérées.

Des constructions plus vieilles que les pyramides ?

Toutes ces constructions se retrouvent ailleurs au Proche-Orient et dans la péninsule arabique, et commencent à attirer l’attention de chercheurs dans différent pays. Cependant dans le cas des structures de l’Harrat Khaybar, faute de campagnes et études sur le terrain, les chercheurs ne sont pour le moment ni sûr de leur fonction, ni même de leur datation.

volcan Jebel Abyad
Vue du Jabal Abyad et du paysage volcanique alentour.

Dans les années 80, avant la découverte de ces portes, les volcanologues Vic Camp et John Roobol avaient cartographié la zone, y compris le dôme de lave où se trouve nombre de ces vestiges, qui se situent lui-même près d’un autre dôme, plus important, appelé Jabal Abyad (montagne blanche en arabe).

Selon Camp, ces dômes volcaniques ne sont plus actifs, mais la lave avait recouvert par le passé certaines de ces portes de pierre : « Nous voyons plusieurs endroits où les laves jeunes sont dénuées de telles structures, bien qu’elles soient entourées par plusieurs d’entre elles ». L’une des portes est même partiellement recouverte de lave. Ces indices poussent Camp à estimer que certaines des portes autour du dôme volcanique auraient été édifiées il y a quelques 7000 ans. Si cette datation était confirmée, ces « portes » du désert seraient alors plus anciennes que les ziggourats mésopotamiennes ou que les pyramides d’Égypte…

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :