Une lance celte de 3000 ans découverte en Ecosse

En 2004, un site archéologique situé à Carnoustie, non loin de Dundee en Ecosse, avait été repéré car il présentait des traces d’une importante activité aux âges préhistoriques et médiévaux. Les fouilles qui y avaient été menées par la suite avaient d’ailleurs permis la découverte du plus vieux hall néolithique d’Ecosse, vieux d’environ 6000 ans.

La construction prochaine de deux terrains de football sur le site était donc une opportunité prometteuse pour les archéologues.

Une pointe de lance enrichie d’or

Une pointe de lance en bronze embellie d’or et vieille de 3000 ans a été découverte sur le site, avec un ensemble d’autres objets comprenant notamment une épée de bronze, des fourreaux et une attache.

Bien que chaque objet ait individuellement de l’importance, la présence d’ornements en or sur la pointe de lance en fait une découverte remarquable. Les mythes celtes précoces insistent souvent sur la brillance des armes héroïques et leur reflet. Ces décorations en or ont donc peut-être été ajoutées à cette pointe de lance en bronze, pour exalter à la fois la rareté de ce métal et son impact visuel.

Lance découverte à Carnoustie. Crédits : Guard Archeology.

Seule une poignée de telles pointes de lance sont connues dans les îles britanniques, notamment celle trouvée à Pyotdykes Farm, à l’ouest de Dundee, en 1963, à quelques kilomètres seulement de Carnoustie.

Cette nouvelle découverte permet ainsi de mieux se rendre compte de la richesse des sociétés guerrières de cette région écossaise à la fin de l’âge du bronze, vers -1000 à -800.

Des restes organiques bien préservés

Les archéologues ont aussi été surpris par la conservation exceptionnelle des restes organiques sur le site, incluant notamment un fourreau d’épée en bois et en cuir, décrits comme peut-être les mieux préservés de la fin de l’âge du bronze de tout la Grande-Bretagne. De la fourrure a aussi été trouvée autour de la pointe de lance, et un genre de textile demeurait autour de l’attache et du fourreau.

Une tel niveau de préservation est assez rare dans les environnements secs. Au contraire, leur préservation en milieu humide est normalement bien meilleure, même si une étude a récemment mis en lumière la rapide dégradation des matériaux organiques sur de nombreux sites, liée à l’activité humaine et au réchauffement.

 

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *