Une statue monumentale de lionne découverte sur le plateau du Golan

Des archéologues ont découvert par hasard un relief monumental sur un site archéologique situé à la limite occidentale du plateau du Golan, près de la mer de Galilée.

Une statue de lionne vieille d’au moins 2000 ans.

C’est en faisant une tournée sur le site archéologique de Beit Ha’Bek, que l’attention de deux chercheurs a été attirée par un bloc à la forme inhabituelle. Il se trouvait dans un amas de débris retirés par tracteur du chantier de fouilles. En s’approchant et nettoyant le bloc, les archéologues ont constaté qu’il avait la forme d’un animal et ont contacté le directeur des fouilles, le Dr Aviam.

statue-lionne-basalte-bethsabai« Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une magnifique statue de lionne taillée dans un grand bloc de basalte » a déclaré celui-ci. « La statue est très bien conservée, avec une courte crinière, de grands crocs, la langue sortant de la bouche et même une queue taillée près des jambes arrières ».  Le bloc pesait une demi-tonne mais a pu être retiré facilement à l’aide d’une grue pour être mis en sécurité.

La statue monumentale aurait au moins 2000 ans et ses caractéristiques sont très similaires aux autres statues de lions et de lionnes découvertes dans des synagogues du plateau du Golan. Cela pousse les chercheurs à penser que la statue aurait pu faire partie des vestiges d’un tel lieu de culte. Le lion, symbole de la tribu de Juda à laquelle appartenaient les rois d’Israël David et Salomon, est un animal important dans la culture et l’art juif.

Un vestige de la cité biblique de Bethsaïde ou de la cité romaine de Julias ?

Mais les archéologues considèrent aussi une autre hypothèse : le site fouillé pourrait en effet correspondre à l’emplacement de la cité antique de Julias, dont la localisation précise a été perdue.

Le fils d’Hérode le Grand, Philippe II (-4 à 34) aurait en effet élevé le village de Bethsaïde au rang de cité en 30 ou 31. Il l’aurait alors renommé Julias, en l’honneur de Livie, la femme de l’empereur romain Auguste. Celle-ci porta en effet le nom de Julia Augusta après la mort de son époux.

Si le site traditionnellement associé à la ville biblique de Bethsaïde – connue dans la tradition chrétienne pour être le foyer des apôtres Pierre, André et Philippe – se situe à quelques kilomètres au nord, les archéologues ne sont cependant pas tous unanimes pour l’y situer là. Par ailleurs, il est aussi possible que le village se soit déplacé au cours du temps, suivant par exemple la régression de la côte de la mer de Galilée.

En fondant la cité de Julias, il est aussi possible que Philippe II ait fait construire de nouveaux édifices à un site différent du village antérieur. La poursuite des fouilles dans cette région permettra peut-être de trancher un jour cette question.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :