Tête de statue du pharaon Akhenaton retrouvée dans le grand temple d’Amarna

Une mission archéologique anglo-égyptienne  de l’université de Cambridge a annoncé la découverte d’un fragment de statue en gypse représentant le célèbre pharaon Akhenaton. Ce célèbre pharaon, qui régna vers -1300, est surtout connu pour la révolution religieuse dont il fut à l’origine en imposant le culte du dieu unique, Aton.

La tête a été découverte à Tell el-Amarna, dans la province de Minya, en Moyenne-Égypte. Ce site archéologique recouvre la capitale qu’Akhenaton consacrée au dieu Aton que le pharaon fit entièrement édifier et de laquelle il régnait sur l’Égypte. Abandonné après la mort d’Akhenaton, le site a été préservé sous les sables du désert et présente le cas presque unique d’une ville pharaonique complète parvenue jusqu’à nous.

Les fouilles y ont commencé que dans les années 1890, et depuis 1977 l’université de Cambridge y mène une mission archéologique sous la direction de Barry Kemp. Plusieurs sites ont ainsi été fouillés, y compris le palais nord, les maisons de Re et Banehsi, le village d’Al-Ahgar et le grand temple d’Aton.

Représentation du grand temple d'Aton à Amarna, dans la tombe de Panehsy.
Relevé de la représentation du grand temple d’Aton d’Amarna, dans la tombe de Panehsy. On y voit bien les différents pylônes séparant les cours.

En plus des palais royaux, qui occupait un espace très important de la ville, Akhenaton fait construire plusieurs sanctuaires dédiés à Aton. Le grand temple, dans lequel le fragment de statue a été découvert, se dressait dans une enceinte de 760 sur 270 mètres. Il ne répond pas aux standards classiques des temples égyptiens : il est en plein air, sans toit, afin que l’on puisse vénérer directement le soleil. Organisé autour de six cours, celles-ci sont de plus en plus aérées et lumineuses en allant vers le sanctuaire, alors que dans les sanctuaires des autres dieux, les salles étaient au contraire souvent plus sombres et mystérieuses en se rapprochant du sanctuaire. Les vénérations se faisaient en plein air, sur une série d’autels.

tête-de-statue-akhenaton-amarnaLa tête dégagée récemment est de petite taille : elle ne mesure que 9 cm de haut pour 13,5 cm de long et 8 cm de large. Elle a été retrouvée dans la salle d’entrée du grand temple et représente le pharaon Akhenaton dans les style propre à la statuaire amarnienne. Elle s’ajoute aux nombreux fragments de statuaire retrouvés sur le site du temple au cours du temps – la plupart ayant été probablement brisées lors de la désacralisation et du démantèlement qui frappa les monuments d’Amarna après la mort d’Akhenaton et l’abandon de sa capitale.

En plus d’une expérience politique et religieuse unique dans l’Égypte ancienne, l’époque amarnienne constitue aussi une rupture artistique, révolutionnant les canons artistiques égyptiens traditionnels, penchant vers une représentation idéaliste. Au contraire, l’art amarnien est plutôt naturaliste, avec une représentation abondante de plantes, fleurs et oiseaux, une diversification des scènes et une représentation plutôt réaliste – voire exagérée – des personnages, y compris de la famille royale.

 

Bas-relief représentant Akhenaon et sa famille avec Aton.

Buste de Nefertiti, chef d’oeuvre de l’art amarnien.

Peintures représentant deux filles d’Akhenaton.

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :