Nécropole mérovingienne fouillée à Muron, dans les Charentes-Maritimes

Le centre du Muron, petit village des Charentes-Maritimes, recelait dans son sous-sol une importante nécropole mérovingienne. C’est ce qu’ont révélé les fouilles menées par l’INRAP entre février et mai 2017. En tout, 84 sépultures dont 42 sarcophages ont été mis à jour à quelques mètres de l’église.

Des fouilles préventives au centre du bourg.

glise-saint-xiste-muron
Eglise Saint-Xiste de Muron, du XIe siècle. Elle trouve son origine dans un prieuré fondé au IXe. Crédits : B. Despoix.

On savait déjà que Muron avait une longue histoire : des vestiges gallo-romains y avaient déjà été découverts. et au XIXe siècle, un sarcophage avait aussi été retrouvé. Or, une maison devant être construite dans le bourg, non loin de l’église, un diagnostic archéologique avait été mené fin 2016 sur la parcelle de 350 m². Suite aux résultats, une campagne de fouilles préventives a été lancé, qui a révélé quelques restes gallo-romains, mais surtout une importante nécropole mérovingienne, en activité au moins du Ve au VIIIe siècle.

En tout, les archéologues ont retrouvé 84 sépultures, dont la moitié en pleine terre ou creusée dans le substrat calcaire et sous une tuile. Par ailleurs, 42 sarcophages trapézoïdaux en calcaire ont aussi été mis à jour. Les tombes pouvaient compter jusqu’à trois squelettes, et du mobilier funéraire accompagnait certains défunts, le plus souvent ceux inhumés dans les sarcophages, qui devaient avoir un statut social plus élevé.

Il s’agit principalement de bagues, mais aussi de nombreuses épingles. Celles-ci, retrouvées au niveau de la tête, accompagnent des adultes féminins et devaient faire partie d’une coiffe ou d’une coiffure qui semble avoir marqué un statut personnel particulier, probablement celui de femme mariée.

Un petit nombre de matériel d’un autre ordre a été retrouvé : objets de parure en or ou en argent, fragments de tissus et de fils d’or qui indiquent là aussi des inhumations d’individus d’un certain rang.

sarcophages-muron-charentes-maritimes
Deux sarcophages trapézoïdaux avec leurs occupants.

Destruction du site et sauvegarde du matériel.

A la fin des fouilles, le chantier de construction de la maison a été lancé et le site a été détruit. Cependant le matériel retrouvé, tant les objets que les ossements, ont été sauvegardés et seront analysés. Afin d’en garder la trace la plus fiable possible, et de pouvoir le reconstituer, le site a d’ailleurs été photographié en 3D. Sept des sarcophages retrouvés ont aussi été laissés à la mairie de Muron, et seront rendus visibles au public.

Une fois les fouilles achevées, le site a dû être détruit pour laisser le chantier de la maison reprendre. Mais les objets et les ossements retrouvés ont été prélevés pour analyse. Le site a même été photographié en 3D pour le reconstituer. Toutefois, sept sarcophages ont été confiés à la mairie de Muron pour les exposer au public.

D’autres sépultures ou sarcophages de la même époque ont été retrouvées dans d’autres villes des Charentes-Maritimes, comme Jonzac ou Tonnay-Charente, mais le site de Muron reste l’un des plus importants qui ait été découvert dans la région depuis les années 2000. Au vu de l’importance de cette nécropole, les archéologues de l’INRAP pensent même que Muron devait être le siège d’un pouvoir administratif durant le Haut Moyen-Âge.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :