Des fouilles attestent de la richesse de Paestum il y a 2500 ans

Paestum, l’ancienne Poseidonia, est l’un des sites archéologiques attestant le mieux la présence grecque en Italie du Sud – la Grande Grèce – durant l’antiquité. De nouvelles fouilles s’intéressent à l’époque de la construction de ses temples monumentaux qui font aujourd’hui encore sa célébrité.

Des sanctuaires monumentaux.

Second temple d’Héra, construit vers -460. Crédits : Norbert Nagel.

Poseidonia a été fondée à la fin du VIIe siècle avant notre ère par des Grecs venus de la cité de Sybaris, en Calabre. La cité prospère et édifie vers -550 avant notre ère un premier grand temple dorique dédié à Héra, puis un sanctuaire dédié à Athéna vers -500, puis enfin un second temple à Héra autour de -460. Ces édifices monumentaux, qui ont subsisté jusqu’à nous, deviennent durant l’antiquité des attractions majeures pour les pèlerins, drainant des revenus importants pour ses habitants.

Cependant, hormis ses deux temples et la célèbre tombe du plongeur, la plupart des vestiges connus de nos jours remontent à la période romaine, qui débute à Poseidonia, rebaptisée Paestum, en -276.

Une cité prospère durant la période grecque.

Les fouilles actuellement dirigées par le Dr Zuchtrigel s’intéressent plutôt à la cité qui grandit entre ses deux sanctuaires dès le VIe siècle avant notre ère, leur but étant de rassembler des informations sur la vie quotidienne et économique de la ville.

Tombeau du plongeur. La richesse de la société de cette époque visible sur ces fresques est confirmée par les fouilles en cours.

Or, la mise à jour d’un grand édifice rectangulaire, qui a pu être un palais ou une riche demeure, jette une nouvelle lumière sur les décennies durant lesquelles le temple de Poséidon et de la tombe du plongeur ont été construites au Ve siècle avant notre ère. Il contenait notamment une grande quantité de poteries en provenance d’Attique et d’autres biens coûteux qui attestent de la prospérité de ses habitants.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *