Mise à jour du théâtre de Thouria, cité antique grecque longtemps oubliée

Bien que la Thouria antique ait été considérée comme la plus importante cité de la Messénie occidentale, dans la péninsule du Péloponnèse, son emplacement avait été  oublié et perdu après l’antiquité. Ce n’est qu’en 2007, après un long travail d’identification du site grâce à l’épigraphie et aux travaux des géographes grecs anciens Pausanias et Strabon que les premières fouilles ont commencé sur ce site situé à quelques kilomètres au nord-ouest de la ville de Kalamata.

Thouria était déjà mentionnée dans les écrits homériques, et portait alors le nom d’Antheia selon Pausanias ou d’Aipeia selon Strabon. Lors des premières campagnes de fouilles, les archéologues ont mis à jour une très importante nécropole mycénienne, comportant au moins 15 tholoi.

Après le VIIIe siècle, époque à partir de laquelle les Lacédémoniens (people peuplant Sparte) dominèrent la Messénie, la zone prit le nom de Thouria et la cite devint l’une des cités les plus importantes de Messénie. Thucydide la mentionne lors de la révolte dramatique des hilotes – population asservie de Messénie, proche du statut des serfs du Moyen-Âge. La cite prend alors leur parti contre Sparte, et en souffre les consequences. Après la fondation de Messène en -369, Thouria gagne son indépendance contre Sparte, même si elle leur est rendu à l’époque romaine par Auguste.

Temple de Thouria
Vestiges du temple de Thouria. Crédits : ASA.

Outre les tombes mycéniennes, les fouilles ont depuis 2007 aussi mis à jour d’importants vestiges des époques classiques et hellénistiques, notamment ceux d’un temple et de bases de statues en 2012.

Découvert en 2016, le théâtre a été en grande partie dégagé lors de la campagne de fouilles de l’été 2017. L’ensemble de l’orchestre, d’un diamètre de 16,3 mètres – où avaient lieu les performances des acteurs – a été dégagé. Les archéologues ont aussi mis à jour l’ensemble des canalisations de drainage des eaux courant tout autour, les murs extérieurs empêchant l’inondation de l’orchestre par ruissellement, ainsi que plusieurs rangées des sièges des spectateurs, parmi lesquels se trouvaient de nombreux éléments architecturaux ayant chuté des niveaux supérieurs de l’édifice.

D’autres sections du théâtre ont aussi été fouillées : l’entrée sud et une section du mur extérieur nord, où trois sillons parallèles creusés dans la pierre indiquent où se trouvait le décor mobile qui pouvait être selon les besoins roulé surs et hors de la scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :