Mise à jour d’une cité médiévale oubliée en Éthiopie

Une équipe archéologique a mis à jour les vestiges d’une cité oubliée dans la région d’Harlaa, dans l’est de l’Éthiopie. Les chercheurs pensent qu’elle remonterait au Xe siècle.

Un ancien grand centre commercial.

La cité découverte par les archéologues prospérait elle aussi au Moyen-Âge et les trouvailles réalisées dans les fouilles montrent qu’elle était un carrefour commercial important. En effet, des objets en provenance d’Égypte, de Madagascar, des Maldives, du Yémen et d’Inde et même de Chine ont été retrouvés.

Ethiopie Harlaa
Perles retrouvées sur le site.

Le chef de la mission archéologique, le professeur Timothy Insoll de l’université d’Exeter considère que « cette découverte révolutionne notre compréhension du commerce dans une partie de l’Éthiopie délaissée par l’archéologie. Ce que nous avons trouvé montre que cette zone était le centre commercial de cette région », et un « riche et cosmopolite » centre d’artisanat, notamment de joaillerie. « Les habitants d’Harlaa formaient une communauté mixte d’étrangers et de locaux, qui avait tissé des routes commerciales avec les villes de la mer Rouge, de l’Océan indien, et peut-être du Golfe Persique.

Une ville témoin de l’implantation de l’islam.

Les archéologues ont aussi découvert les vestiges d’une mosquée du XIIe siècle, qui semble similaire à celles construites à la même époque en Tanzanie et dans le Somaliland. Pour les archéologues, ce serait une preuve des contacts historiques entre les différentes communautés islamiques de l’Afrique médiévale.

Par ailleurs, les restes de 300 personnes enterrés dans le cimetière sont en cours d’analyse pour déterminer en quoi consistait leur diète alimentaire. Les campagnes archéologues se poursuivront l’année prochaine.

Alors que le royaume d’Aksoum a adopté le christianisme copte en 333, l’islam parvint en Éthiopie au VIIe siècle. Très vite, Harar s’impose comme le grand pôle religieux et commercial de toute la région. La ville compte aujourd’hui encore plus d’une centaine de mosquées, dont trois remontent au IXe siècle. Les vestiges d’Harlaa, qui n’en sont pas très éloignés, sont donc à la fois les témoins de la prospérité de la région au Moyen-Âge et de l’implantation de l’islam dans l’est de l’Éthiopie.

ethiopie-fouilles-harlaa
Vue des fouilles de la cité. La campagne reprendra l’année prochaine.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *