Fouilles d’un ancien palais dans la vallée mexicaine d’Oaxaca

Deux archéologues américains, Elsa Redmond et Charles Spencer, ont découvert les vestiges archéologiques d’un complexe palatial organisé autour d’une place et appelé El Palenque, dans la vallée d’Oaxaca. Située au sud du Mexique, cette vallée comprend la ville d’Oaxaca ainsi que de nombreux sites archéologiques, notamment celui de Monte Alban.

Les fouilles sur le site d’El Palenque ne datent pas d’aujourd’hui : elles ont commencé dès 1993. Cependant la dernière campagne s’est concentrée sur la fouille de l’extrémité nord de la place, car les chercheurs pensaient y trouver la demeure et le centre de pouvoir d’un ancien souverain.

Le palais, qui aurait été construit entre -300 et -100 selon des analyses au carbone 14, serait une nouvelle preuve que la région d’Oaxaca aurait été l’une des premières zones d’Amérique centrale ou des Etats seraient apparus. Ses vestiges, couvrant une surface d’environ 2800 m², seraient bien conservés.

Ils comprenaient non seulement une zone résidentielle pour son dirigeant et sa famille, mais aussi des locaux purement gouvernementaux et une zone pour effectuer des sacrifices. Cette division de l’espace reflèterait une société centralisée et hiérarchique. Cette vision est renforcée par les techniques de construction utilisées : elles laissent penser que le bâtiment a été construit d’un seul jet selon un plan prédéterminé, ce qui sous-entendrait de grands efforts organisationnels.

El Palenque, canalisation
Canalisation menant l’eau à la citerne.

La taille importante démontre par ailleurs que son possesseur avait à sa disposition une main d’œuvre abondante. Les chercheurs relèvent également des éléments de confort personnel, tels qu’une citerne pour collecter l’eau de pluie dans les quartiers résidentiels, ou une canalisation creusée dans la pierre pour amener de l’eau fraîche et évacuer les déchets.

Ce palais, qui serait l’un des plus vieux complexes multifonctionnels de la vallée d’Oaxaca, et offrirait une nouvelle preuve de la formation d’Etats très anciens dans cette région.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *