Une fontaine romaine découverte lors de fouilles à Périgueux

Des vestiges de l’antique Vesunna, une grande cité de la Gaule romaine sur laquelle se développe par la suite le Périgueux médiéval, viennent de surgir de terre.

Un chantier de fouilles au cœur de Périgueux

Les fondations d’une fontaine romaine ont été mises à jour dans le cadre de fouilles de sauvetage préalables à la construction d’une chaufferie bois du réseau chaleur des deux rives. Depuis le 23 janvier et jusqu’à la mi-mai, les archéologues fouillent une zone de 860 m². Les découvertes sont modestes et se constituent principalement de fragments d’enduits peints et de tuiles cassées remontant à la cité antique.

Les fondations d’une fontaine en pierre et de son bassin ont cependant été dégagées ainsi antique, sans qu’il soit encore clair s’il s’agissait d’un équipement public ou privé, par exemple un élément d’une domus.

Le site de l’antique Vesunna

Reconstitution de la cité antique à son apogée.

Au moment de l’invasion de la Gaule par les Romains, le peuple gaulois des Prétocores domine la région. Entre -27 et -16 est fondée une nouvelle ville, appelée Vesunna, nom de la divinité tutélaire que vénéraient ses habitants. Installée dans le méandre de l’Isle, la ville prospère rapidement. A son apogée au Ier et IIe siècle, elle s’étend sur une soixantaine d’hectares, compte environ 10000 habitants et se dote de toutes les infrastructures publiques d’une grande cité romaine : bains, aqueduc, temples et un amphithéâtre de 20000 places.

Vesunna à la fin de l’antiquité. La ville s’est repliée sur 1/10e de sa superficie antérieure.

A partir du IVe siècle, l’Occident romain est en crise et les invasions germaniques commencent. La ville n’étant pas fortifié, on construit un rempart enfermant une surface de 6 hectares adossée à l’amphithéâtre, transformé en forteresse. Au début du Ve siècle, les Vandales et les Goths ravagent l’Aquitaine et la Vesunna est détruite en 410.

A la fin du IXe siècle, un nouveau bourg se développe autour de l’abbaye dédiés à saint Front : il constitue alors le cœur de la ville médiévale qui prend le nom de Périgueux.

Un riche patrimoine gallo-romain

Tour de Vésone (24 m de haut), vestige de l’ancien sanctuaire gallo-romain du Ier ou IIe siècle.

Les fouilles du quartier Bertrand de Born aideront à dessiner un peu plus l’histoire romaine de Périgueux et ajouteront peut-être encore de nouvelles trouvailles à la liste de vestiges romains que conserve la ville : la tour de Vésone, impressionnant vestige du temple de Vesunna, les restes de l’amphithéâtre et des remparts, une ancienne domus sur laquelle a été construite le musée d’archéologie, ainsi qu’un aqueduc bien conservé dans ses environs.

 

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *