Restes d’un aqueduc romain mis à jour par une tempête à Cadix

Si la tempête Emma a durement frappé l’Europe du nord au début du mois de mars, les côtes andalouses ont aussi été touchées par des vents et pluies importants. Des centaines de véhicules, yachts et propriétés côtières ont ainsi été endommagées, mais cette perturbation atmosphérique violente a aussi mis à jour des vestiges archéologiques oubliés depuis longtemps.

 

Un aqueduc romain mis à jour par la tempête.

En arrachant une partie du sable de la plage Cortadura, une bande de sable qui relie la ville (autrefois située sur une île) à la terre ferme, la tempête a mis à jour des fragments d’un aqueduc romain du Ier siècle de notre ère.  et d’une route du XVIe – XVIIe siècle, détruite par le terrible tsunami de 1755, qui entraîna notamment l’anéantissement presque total de Lisbonne.

Moisés Camacho, président de l’association pour la recherche et la diffusion de l’héritage de Cadix, a ainsi décrit la situation au quotidien El País : « Nous avons été alertés de la présence de ces restes, et du fait que des gens creusaient dans la zone, ainsi nous nous y sommes rendus et avons averti les gens d’arrêter, et avons appelé les autorités municipales ».

Cinq ou six fragments ont été repérés, et on espère en trouver d’autres. S’étendant sur près de 80 km jusqu’aux sources d’eau fraîche de Tempul, l’aqueduc romain de Cadix était l’un des ouvrages d’ingénierie les plus importants entrepris en Hispanie – et serait la cinquième plus importante construction de ce genre dans l’empire romain. D’autres aqueducs impressionnants témoignent d’ailleurs encore aujourd’hui en Espagne du savoir-faire des Romains en la matière, comme à Ségovie.

Le tronçon final de l’aqueduc traversait même la mer pour rejoindre la cité de Cadix – la cité était située sur une île durant l’antiquité, bien qu’elle soit aujourd’hui reliée à la terre ferme par la fine plage de Cortadura.

 

Cadix, une ville majeure de l’Espagne romaine.

Rien d’étonnant à ce que des travaux d’une telle ampleur aient été entrepris : Cadix était dans l’antiquité une ville très importante, appelée alors Gades. Fondée par les Phéniciens, peut-être dès le XIe siècle avant notre ère, elle faisait partie des grandes cités carthaginoises et c’est de Cadix qu’Hannibal partit à la conquête de l’Italie avec ses éléphants.

Elle est conquise par les Romains en -206, puis Jules César lui accorde le titre de cité fédérée. La ville prospère par la suite au point de devenir l’une des agglomérations les plus peuplées de l’Occident romain au début de l’empire – la mère de l’empereur romain Hadrien (117-138) en était d’ailleurs originaire.

Cadix se couvre alors de monuments importants, tandis que la construction de son aqueduc devait répondre aux besoins en eau des habitants de la ville, qui dépendaient jusqu’alors d’une citerne phénicienne.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :