Fouilles d’un immense complexe religieux byzantin à Chypre

La péninsule d’Akrotiri, située à quelques kilomètres de la ville de Limassol, constitue le point le plus méridional de l’île de Chypre, et abrite une base de la Royal Air Force. La péninsule abrite par ailleurs de nombreux vestiges archéologiques, notamment ceux d’un port et de carrières des époques romaine et byzantine.

D’autres sites archéologiques se situent également sur la péninsule, et depuis 2007, les archéologues travaillent à mettre au jour ce qui semble avoir été un complexe religieux majeur du VIIe siècle de notre ère. Cette année, les découvertes ont été particulièrement remarquables, et permettent de mieux comprendre l’organisation spatiale et la signification historique de cet ensemble byzantin.

ruines-complexe-chretien-byzantin
Vue des fouilles du complexe.

A l’heure actuelle, on sait que le complexe s’organisait autour d’un atrium central, d’une longueur d’environ 100 mètres, qui ouvrait sur deux sanctuaires monumentaux et des espaces de vie qui n’ont pas encore été explorés.

Le premier sanctuaire a été excavé entre 2007 et 2010 : il s’agit d’une église de plan basilical à trois nefs, d’une longueur de 29 mètres et d’une largeur de 36 mètres. Son espace intérieur était intégralement recouvert de mosaïques, qui sont parvenues jusqu’à nous en bon état.

chancel-marbre-chypre
Chancel de marbre retrouvé dans la deuxième église.

Les fouilles de 2018 se sont concentrées sur le dégagement du second sanctuaire, mesurant 46 mètres de long sur 20, et ont permis de dégager deux de ses trois nefs. Plusieurs panneaux de mosaïques sont alors apparus, notamment l’un portant cette inscription en grec : “Mon Seigneur, aide ceux qui honorent Ton Nom”. Les restes d’un chancel de marbre et de calcaire ont aussi été retrouvés. Enfin, les restes d’un second atrium ont été repérés au nord de l’église.

L’architecture très particulière du complexe tout entier, ainsi que sa richesse décorative, indique qu’il jouait un rôle extrêmement important à l’époque de l’empereur Héraclius (610-641), l’un des plus célèbres souverains byzantins. Son règne est marquée par une guerre terrible contre l’autre superpuissance de l’époque, l’empire perse sassanide. L’empire byzantin est presque totalement envahi et ravagé, avant que la tendance ne s’inverse et que les Sassanides ne soient vaincus. La fin du règne d’Héraclius voit aussi l’expansion rapide des Arabes, profitant de l’affaiblissement mutuel des Byzantins et des Sassanides. Toute cette période a été marquée par l’afflux de nombreux réfugiés vers Chypre, ce qui est aussi sensible dans l’organisation et les vestiges exhumés sur le site.

On ignore en revanche quand et pourquoi ce complexe religieux a disparu.

 

Retour vers la page d’accueil.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :