Les motifs des bronzes chinois classiques et le site néolithique de Shimao

Et si certains décors décorant des bronzes des dynasties Shang (XVIe au XIe siècles avant notre ère) et Zhou (vers -1046 à -256) avaient une origine bien plus ancienne que ce que l’on pensait jusqu’alors ? C’est ce que supputent les chercheurs travaillant à Shimao, situé dans la province du Shaanxi.

Pour rappel, le site de Shimao était connu depuis 1976, mais ses vestiges passaient alors pour ceux d’un tronçon  de la grande muraille. Les fouilles approfondies qui y sont menées depuis 2011 ont complètement changé cette vision. La mise à jour d’une immense ville néolithique, s’étendant sur près de 4 km² et centré autour d’une pyramide réservée à l’élite a transformé Shimao en un site archéologique de tout premier plan. Sa découverte pourrait contribuer à réécrire l’histoire de la préhistoire en Chine, qui reste très dépendante des apports archéologiques et qui a déjà été bouleversée par de nombreuses trouvailles depuis les années 70.

bronze-dynastie-shang-motif-tete-humaine
Un vase rituel en bronze de l’époque Shang.

Dès l’époque classique, les artisans chinois témoignent d’une grande maîtrise du travail du bronze et produisent des œuvres d’une très haute qualité, comme en a encore témoigné récemment la découverte d’une tombe vieille de 3100 ans. Les motifs choisis par les artisans de l’époque, souvent animaliers, pourraient cependant être bien plus anciens : les chercheurs travaillant sur le site de Shimao ont été frappés par la ressemblance entre les bas-reliefs retrouvés lors des fouilles et certains bronzes réalisés plusieurs centaines d’années plus tard.

Environ 30 sculptures ont été retrouvées à Shimao, et présentent des motifs similaires à ceux que l’on retrouve sur la vaisselle de bronze postérieures. “Les têtes zoomophes trouvées à Shimao pourraient avoir eu une influence significative sur les motifs de l’âge du bronze chinois” a ainsi avancé Sun Zhouyong, président de l’Institut d’Archéologie de la province du Shaanxi. Les chercheurs travaillent désormais à essayer d’établir s’il y a un lien entre les gens qui ont sculpté les pierres de Shimao, et les artisans travaillant le bronze sous les dynasties Zhou et Shang.

Depuis presque une dizaines d’années que durent les fouilles, plusieurs découvertes remarquables y ont déjà eu lieu. On peut citer notamment la trouvaille assez macabre d’une fosse commune en 2018, près des remparts de la cité. Elle abritait les crânes de plus de 80 jeunes femmes. Certains chercheurs avancent l’hypothèse qu’elles ont été sacrifiées pour marquer le début de la construction de l’enceinte, une pratique attestée par ailleurs dans plusieurs cultures asiatiques tout au long de l’histoire, comme par exemple en Corée.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :