Un char romain et ses chevaux trouvés dans un tumulus en Croatie

Les recherches d’une équipe d’archéologues du musée municipal de Vinkovci et de l’Institut Archéologique de Zagreb sur le site de Stari Jankovci. Cette petite ville dont le nom ne vous dit probablement rien se situe dans la région la plus à l’est de la Croatie, frontalière à la fois de la Serbie et de la Bosnie. A moins de 10 kilomètres de là se trouve la ville de Vinkovci, dont le territoire très anciennement peuplé est déclaré zone archéologique protégée depuis 1982.

carte-panonnie-empire-romain
La province de Pannonie vers 120, où se situait le site fouillé.

A l’époque, la région est principalement peuplée par les Panonniens, un peuple indo-européen est apparenté aux Illyriens, établis sur la côte dalmate, et aux Vénètes dans le nord de l’Italie. Au tournant de notre ère, les Romains conquièrent la zone et la divisent en deux province : la Dalmatie, et la Pannonie.

Vinkovci y est une ville importante, appelée Colonia Aurelia Cibalae à partir du Ier siècle. Les deux frères et empereurs romains, Valens et Valentinien (364-375), en furent d’ailleurs originaires.

Le site fouillé est un ensemble funéraire, marqué par un grand tumulus, d’un diamètre d’environ 40 mètres et d’une hauteur de un mètre.  La pratique d’élever des tumuli dans la région est à l’époque romaine une pratique funéraire assez exceptionnelle, et n’a lieu que pour des familles extrêmement riches, jouant un rôle de premier plan dans la vie sociale, administrative et économique de la province. Par ailleurs, la sépulture n’était pas située au hasard mais se trouvait sur une voie de communication majeure reliant l’Italie avec la Pannonie et, au-delà, les Balkans et l’Asie Mineure. La famille à laquelle elle appartenait voulait ainsi clairement indiquer son prestige et sa richesse aux voyageurs.

Mais la découverte archéologique la plus frappante de ces fouilles est ce que contenait le tumulus : en son centre, une grande chambre funéraire abritait un char romain à deux roues, appelé cisium, ainsi que les ossements de deux chevaux et leurs harnais. De tous les types de chars utilisés durant l’antiquité romaine, le cisium était l’un des plus courant, réservé au transport de passagers. Il s’agissait d’un véhicule à deux roues, sans toit, conçu pour deux personnes et tiré par un ou plusieurs mulets ou chevaux.

cistium-char-romain-decouverte-archeologique-croatie
A gauche, le char retrouvé dans les fouilles. A droite, la représentation d’un cistium.

Selon Boris Kratofil, le conservateur du musée municipal de Vinkovci, la tombe remonte au IIIe siècle de notre ère et constitue l’un des plus récents témoignages de ce type de pratique funéraire. La poursuite des recherches permettra peut-être d’en savoir plus sur la famille qui y a été inhumée et son statut social. Par exemple, les spécialistes espèrent pouvoir déterminer si les chevaux étaient d’origine locale, ou avaient été importés d’autres régions de l’empire, ce qui aurait nécessité beaucoup plus de moyens matériels.

Il s’agit de la première découverte majeure annoncée depuis le début des fouilles à Stari Jankovci en 2017, et la seule d’un tel attelage dans une sépulture en Croatie, ce qui a suscité beaucoup d’intérêt en Croatie. Les vestiges vont maintenant être documentés et restaurés, et seront par la suite exposés dans les collections permanentes du musée municipal de Vinkovci.

 

Retour vers la page d’accueil

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :