Caché il y a 1100 ans, un trésor de 425 pièces d’or pur retrouvé en Israël

C’est une découverte exceptionnelle : un trésor remontant à la période du califat abbasside a été retrouvée en Israël, sur un chantier de fouilles de sauvegarde avant la construction de logements dans le centre du pays.

Il était renfermé dans une jarre d’argile et a été volontairement enterré. Les pièces remontent pour la plupart à la période abbasside, vers la fin du IXe siècle de notre ère, époque à laquelle ce trésor aurait été dissimulé. Son propriétaire espérait certainement le récupérer plus tard, et avait même sécurisé le récipient avec un clou afin de l’empêcher de bouger.

fouilles-archéologiques-découverte-trésor-israel
Vue des fouilles sur le site.

Les directeurs des fouilles, Liat Nadav-Yiv et le docteur Elie Haddad, ne peuvent qu’émettre des hypothèses sur ce qui l’a empêché de revenir chercher son bien. “Trouver des pièces d’or, et dans de telles quantité, est extrêmement rare. Nous n’en retrouvons presque pas dans les fouilles archéologiques, car l’or était extrêmement précieux et était fondu et réutilisé de génération en génération. Ces pièces, faite d’or pur, qui ne s’oxyde donc pas […] ont été retrouvées en excellente condition, comme si elles avaient été enterrées la veille. Cette trouvaille pourrait indiquer qu’un commerce de rang international avait lieu entre les résidents de cette zone et des régions plus reculées.”

Selon le Dr. Robert Kool, un expert numismate de l’autorité des antiquités israéliennes, “il est extrêmement rare de trouver des trésors de la période abbasside lors de fouilles en Israël. C’est l’une des caches les plus anciennes connues de cette période. Les pièces sont en or pur, de 24 carats. Le poids total du trésor est d’environ 845 grammes – aujourd’hui encore d’une valeur significative […]. Un examen initial des pièces a montré que la plupart remontent à la fin du IXe siècle, époque à laquelle Israël faisait partie du vaste califat abbasside, qui s’étendait de la Perse à l’Afrique du Nord, et dont la capitale se trouvait à Bagdad. Le trésor contient des dinars d’or entiers, mais aussi (ce qui est plus rare) environ 270 coupes de dinars, ainsi réduits pour servir pour des transactions moins importantes”.

Couper les pièces d’or ou d’argent était une pratique qui se développe dans les systèmes monétaires des régions islamiques après les années 850, qui voit la disparition des pièces en cuivre et en bronze disparaissent.

fragment-monnaie-or-byzantine-empereur-théophileL’un de ces fragments est extrêmement rare, et aucun n’avait encore été découvert en Israël. Il s’agit d’un solidus d’or (la monnaie émise par les empereurs byzantins) de Théophile (829-842), frappé à Constantinople.  A l’époque, les Byzantins étaient le principal rival des Abbassides au Proche-Orient, et les deux empires étaient fréquemment en guerre.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :