Pillage archéologique, antiquités volées : litiges sur le marché de l’art

Octobre 2019. La Finlande restitue aux Etats-Unis des objets emportés au XIXe siècle sur les sites archéologiques Pueblos de la Mesa Verde.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cet article.

Septembre 2019. Le Mexique et le Guatemala demandent l’annulation d’une vente d’objets précolombiens à Paris.

Réalisée par la maison de ventes Millon, le Mexique soutient que 95 des 120 lots proviennent du patrimoine culturel du pays (en particulier des régions de Theotihuacán, de Guerrero, d’Oaxaca et du sud-est du Mexique, et que quelques uns seraient des contrefaçons récentes.

Le Guatemala avait par ailleurs réussi à faire suspendre la semaine précédente la vente de l’une des pièces, un fragment de stèle maya, tandis que la Colombie (également concernée par quelques pièces) a apporté son soutien à l’initiative mexicaine.

Juin & juillet 2019. Vente aux enchères d’une tête de statue en quartzite représentant le pharaon Toutankhamon.

tete-roi-toutankhamon-encheresLa vente aux enchères par Christie’s de la tête d’une statue du jeune pharaon provoque une action judiciaire du gouvernement égyptien, qui considère que le vestige a été volé à Karnak dans les années 70.

La vente a finalement lieu et l’objet est adjugé pour six millions de dollars le 4 juillet.

 

2009. Restitutions de fresques égyptiennes acquises par le Louvre.

Acquis de bonne foi entre 2000 et 2003, ces fragments de fresque provenant de Louxor étaient d’origine illégale. Les autorités égyptiennes avaient menacer de cesser “toute coopération” avec le musée en cas de refus de les restituer.

 

 

Retour vers la page d’accueil

%d blogueurs aiment cette page :