Des fouilles mettent en lumière le passé ptolémaïque et romain d’Alexandrie

Après sa fondation par Alexandre le Grand, Alexandrie fut l’une des plus grandes villes de la Méditerranée. Elle joua un rôle économique et culturel prépondérant dans l’Orient grec, rôle qu’elle conserva jusqu’à l’époque romaine et byzantine. En surface, la plupart de ses vestiges antiques ont disparu au cours du Moyen-Âge. Mais dans la mer et les sous-sols de la ville reposent de nombreux trésors qui apparaissent au gré des missions archéologiques et des fouilles de sauvetage qui se succèdent dans une métropole où la pression immobilière est très forte – récemment, une tombe rupestre hellénistique a ainsi été exhumée.

Des fouilles dans la zone des palais ptolémaïques.

alexandrie-fouilles-el-shalalat
Vue des fouilles.

Une mission archéologique grecque, commencée il y a une vingtaine d’années et dirigée actuellement par Kalliopi Papakostas avait déjà mis à jour en 2015 un immense bâtiment situé près du parc El Shalalat. Or, cette zone correspond au quartier palatial des Ptolémée, connu par les sources historiques mais qui a été très peu exploré par les archéologues.

peinture antique AlexandrieRécemment, un long tunnel creusé à une profondeur de 10 mètres sous le bâtiment découvert en 2015 a été dégagé, qui pourrait apporter de nouvelles informations sur l’édifice. Certains des vestiges exhumés, comme la céramique peinte ci-contre, témoignent en tout cas d’un standard de vie dans cette zone.

Un pavement romain découvert plus au sud.

alexandrie-mosaïque-romaine-opus-spicatum
Vue du pavement romain en opus spicatum (épi de blé) découvert.

En parallèle, une autre découverte a été effectuée un peu plus au sud par une mission égyptienne du ministère des antiquités. Un pavement d’époque romaine a été dégagé dans le quartier Hend du district de Moharam Bek. Durant cette période, la zone abritait principalement des ateliers et des fabriques, et un grand nombre de fours à céramique et à verre y ont été retrouvés.

Le sol dégagé présente un motif en opus spicatum, très courant à l’époque romaine, et utilisé notamment pour le pavement des bains ou des bâtiments fonctionnels. De nombreux exemples similaires existent notamment à Rome, comme dans les bains de Trajan ou à la villa Hadriana, mais il s’agirait cependant du seul pavement de ce genre jamais retrouvé en Égypte. Les fouilles se poursuivent à l’heure actuelle pour dégager le reste du pavement et poursuivre son étude.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *