Grands sites archéologiques de la Rome antique

A l’origine, une simple cité, Rome, comme tant d’autres en Italie. Quelques siècles plus tard, les Romains ont établi leur domination sur l’Italie, puis sur toute la Méditerranée. A l’aube de notre ère, alors que la République cède la place au régime impérial, Rome domine l’un des plus grands empires que le monde ait connu. En Occident, le processus de romanisation et la prospérité apportée par la paix s’accompagnent d’une urbanisation importante et d’une grande activité architecturale. En Orient, la domination romaine s’inscrit dans la continuité de l’hellénisme, et anciennes cités et nouvelles fondations prospèrent.

Près de deux millénaires après l’apogée de cet empire, les nombreux monuments et grands sites archéologiques hérités de la Rome antique continuent à nous fasciner.

Propositions de livres sur l’empire romaine et l’archéologie romaine


GRANDS SITES ARCHEOLOGIQUES ROMAINS D’ITALIE

Rome, la ville éternelle.

Ville étrusque, capitale de la république, puis capitale impériale, Rome fut la plus grande ville de l’antiquité en Occident, avec une population atteignant probablement le million d’habitant. Son site urbain, très étendu, et le faste de ses monuments, en font un gigantesque musée archéologique.

Vue du Colisée à Rome
Fresque de la villa des mystères à Pompéi

Pompéi, la belle provinciale ensevelie.

Site archéologique unique, Pompéi, ensevelie par le Vésuve en 79, offre l’instantané d’une ville provinciale romaine figée dans le temps. Fouillé depuis près de 300 ans, la cité a offert des découvertes archéologiques uniques et contribué à façonner notre vision de l’antiquité romaine.

Les villas impériales de Capri

D’abord colonisée par les Grecs, l’île passa ensuite sous la domination romaine et devint alors un lieu de villégiature très prisé. L’empereur Tibère décide de résider sur l’île à partir de 27 et y demeure jusqu’à sa mort en 37. Les vestiges de trois de ses douze villas sont parvenus jusqu’à nous.

Vue aérienne de la villa Jovis, villa impériale de Tibère sur l'île de Capri

GRANDS SITES ARCHEOLOGIQUES ROMAINS DE LA PENINSULE IBERIQUE (ESPAGNE, PORTUGAL)

Mérida (Augusta Emerita), fleuron de la Lusitanie

Fondée en -25 par Auguste pour y installer des légionnaires démobilisés, Augusta Emerita devient dès -15 la capitale de la province de Lusitanie. Dotée de monuments somptueux, elle avait une importance de premier plan et Ausone, un homme politique et lettré gallo-romain, la classait au neuvième rang des villes les plus importantes de l’empire devant Athènes.

Temple romain de Diane à Mérida

Tolède (Toletum)

Sur le site d’une importante cité des Carpétans, peuple celtibère qui peuplait la région durant le premier millénaire avant notre ère. En -193, les Romains conquièrent une importante cité des Carpétans, un peuple celtibère établi dans le centre de l’Espagne. Reconstruite sous le nom de Toletum, elle profite de l’exploitation des gisements de fer des environs. Aujourd’hui, la plupart des vestiges antiques sont enfouis sous la vieille ville.

Cadix (Gades)

Fondée par les Phéniciens, peut-être dès le XIe siècle avant notre ère, Gades était une cité très importante dans l’antiquité. Place forte carthaginoise, elle est conquise par les Romains en -206. La ville prospère sous l’empire et devient l’une des cités les plus peuplées de tout l’Occident romain, et la patrie de l’empereur Hadrien (117-138). Elle se couvre de monuments et notamment d’un gigantesque aqueduc.

aqueduc romain Cadix

GRANDS SITES ARCHEOLOGIQUES ROMAINS DE FRANCE

>> Faites le tour de France des plus beaux monuments gallo-romains

Autun (Augustodunum)

Fondée par Auguste en -10, Augustodunum devait remplacer Bibracte comme ville principal des Eduens, qui peuplaient la région. La ville prospéra et devint l’un des plus grands centres urbains des Gaulles, doté de tous les édifices importants d’une cité provinciale romaine. Les vestiges de certains d’entre eux, et notamment de l’amphithéâtre, de portes monumentales ou encore en périphérie du sanctuaire dit de Janus sont parvenus jusqu’à nous.

Vienne

Fondée à l’origine par la tribu gauloise des Allobroges sur les bords du Rhône, la ville passe sous domination romaine dès le Ier siècle avant notre ère. Renommée Vienna, elle devient un centre stratégique sur la route reliant l’Italie à la Gaule. Cité prospère sous l’empire, de nombreux monuments imposants y sont construits. Parmi ceux qui nous sont parvenus figure le théâtre, qui pouvait accueillir jusqu’à 13000 spectateurs, ainsi que le temple d’Ausute et de Livie, du Ier siècle de notre ère.

Nîmes

Fondée par la tribu gauloise des Volques, les Romains prennent la ville au IIe siècle avant notre ère et la rebaptisent Nemausus. La ville conserve de nombreux monuments de son passé romain, notamment les « Arènes de Nîmes », son amphithéâtre du Ier siècle, ou encore la « Maison Carrée » du Ier siècle pour le culte impérial, des vestiges de temples ou le réservoir où s’achevait l’aqueduc amenant l’eau à la ville, auquel appartient le fameux pont du Gard.

Maison Carrée de Nîmes, patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO 2023

GRANDS SITES ARCHEOLOGIQUES ROMAINS D’AFRIQUE DU NORD (MAROC, ALGERIE, TUNISIE, LYBIE)

Volubilis – Maroc

Volubilis est une ancienne cité probablement fondée par les Carthaginois au IIIe siècle avant notre ère, puis passée sous domination romaine au Ier siècle avant notre ère. La cité prospère durant des siècles avant de décliner à partir du IIIe siècle, puis d’être définitivement abandonnée après la fondation de Fès au VIIIe siècle. Son arc de triomphe, les vestiges de sa basilique et les magnifiques mosaïques qui ornaient les demeures de ses riches habitants, témoignent de sa grandeur passée et en font un trésor historique et archéologique du Maroc.

Grands sites archéologiques de la Rome antique, la cité de Volubilis au Maroc
Grands sites archéologiques de la Rome antique, la cité de Cuicul ou Djémila, en Algérie

Cuicul (Djémila) – Algérie

Cuicul, aujourd’hui Djemila en Algérie, est une ancienne cité romaine fondée par l’empereur Nerva en 98 après J.-C. Située sur un plateau montagneux, la ville a connu une période de prospérité grâce à l’agriculture et au commerce. Le site est remarquable pour ses monuments bien préservés, en particulier son forum, le temple de Septime Sévère, la basilique chrétienne et le théâtre. La cité a été abandonnée progressivement à partir du Ve siècle, puis détruite par un séisme au VIIIe siècle. Elle tomba dans l’oubli jusqu’au XIXe siècle. Aujourd’hui, le site est classé à l’UNESCO.

Timgad, la Pompéi du Sahara
Algérie

Timgad, anciennement connue sous le nom de Thamugadi, est une cité romaine fondée par l’empereur Trajan en 100 de notre ère. La ville a été conçue selon un plan en damier, typique des villes romaines, et a prospéré grâce à l’agriculture et au commerce. Elle est détruite par Berbères en 535, puis reconstruite par les Byzantins en 539 et définitivement abandonnée après l’arrivée des Arabes. Ses ruines bien préservées, notamment son arc de triomphe, son forum, ses thermes et son théâtre, ainsi que les mosaïques et fresques qui sont parvenues jusqu’à nous, témoignent de sa richesse et de sa sophistication.

Grands sites archéologiques de la Rome antique, la cité de Timgad, en Algérie
Grands sites archéologiques de la Rome antique, la cité de Dougga, en Tunisie

Dougga – Tunisie

Dougga, anciennement connue sous le nom de Thugga, est une vieille cité africaine située en Tunisie. Fondée au VIe avant notre ère par les Numides, elle est longtemps sous l’influence de Carthage avant d’être finalement intégrée dans le monde romain. Elle connaît alors une période de grande prospérité, et la cité antique couvre une surface de 75 hectares. Les vestiges préservés aujourd’hui, notamment le Capitole, le théâtre, le forum et les thermes, ainsi que de nombreuses demeures privées, remontent pour l’essentiel au IIe et IIIe siècles de notre ère.

Carthage – Tunisie

Carthage fut l’une des cités les plus notables de la Méditerranée antique. Fondée par les Phéniciens au IXe siècle avant notre ère, son expansion entraîna une confrontation violente avec les Romains, qui finirent par la détruire en -146. Reconstruite sous César et Auguste, la ville devint une des plus importantes de l’empire, capitale de l’Afrique proconsulaire. C’était alors un centre culturel et commercial florissant comptant probablement plusieurs centaines de milliers d’habitants. Elle fut aussi un grand centre de la chrétienté primitive, et accueillit plusieurs conciles. Les Arabes lui préfèrent néanmoins le site voisin de Tunis au VIIe siècle. Ses habitants sont déplacés et ses matériaux réutilisés. Aujourd’hui, les vestiges de ses grands monuments romains – amphithéâtre, thermes, basiliques – sont moins bien préservés que d’autres sites d’Afrique du Nord.

Grands sites archéologiques de la Rome antique, la cité de Carthage, en Tunisie

Page en cours de construction..
N’hésitez pas à suggérer un site en commentaire.