Découverte de la nécropole orientale de la Sofia romaine

C’est sur le site d’un ancien cinéma de Sofia, détruit par le feu en 2007, que des tombeaux et des sépultures d’époque romaine ont été découverts, alors qu’un chantier est en cours pour la construction de l’hôtel Hyatt Regency. Ce n’était pas une grande surprise pour les archéologues bulgares, qui s’attendaient à trouver à cet endroit des traces de la nécropole orientale de la cité romaine de Serdica.

Serdica, une cité romaine de premier plan

Ruines d'un édifice public romain de Serdica (peut-être une basilique) et de la rotonde Saint-George, édifiée fin IIIe ou début IVe siècle, aujourd'hui une église.

C’est vers -29 que les Romains conquièrent la région. Serdica – aujourd’hui Sofia, la capitale de la Bulgarie – sur la route entre Naissus et Constantinople, prospère et s’affirme rapidement comme l’une des plus grandes cités des Balkans. Elle se dote au IIe siècle d’une puissante enceinte, de bains publics, de bâtiments religieux et administratifs, d’un grand forum, d’un amphithéâtre, un cirque, un théâtre etc. Au IIIe siècle, elle devient capitale de province et les empereurs Aurélien (215-275) et Galère (260-311) en sont originaires. C’est l’une des premières cités où le christianisme est reconnu comme religion officielle et Constantin aurait même envisagé d’en faire la capitale orientale de l’empire. Cependant, la ville est détruite par les Huns en 447, et reste longtemps en ruines avant de prospérer de nouveau à l’époque byzantine.

Une nécropole endommagée au XXe siècle

Le site des fouilles, sur l’emplacement de l’ancien cinéma Serdica.

Au total, six tombeaux familiaux et plus de 20 sépultures ont été découverts. Malheureusement, les vestiges avaient déjà été endommagés lors de la construction de bâtiments sur le site dans les années 1950 et 60 et les tombeaux ont probablement perdu la plus grande partie de leur structure à ce moment, et sont désormais réduits à leurs fondations.

Ils remonteraient à l’antiquité tardive, entre le IVe et le VIe siècle, une époque où il n’était plus usuel de laisser des offrandes funéraires. Cependant, l’absence de tous restes humains laisse penser que les tombes ont été vandalisées au cours des âges.

Un crâne dégagé dans l’une des sépultures.

En revanche, des ossements  ont été retrouvés dans les 23 sépultures entre les tombeaux et ont été envoyés en Autriche pour y subir des analyses au carbone 14, ce qui devrait permettre de dater plus précisément les sépultures.

Il n’a pas encore été décidé si les tombeaux détruits seraient préservés ou recouverts par les nouvelles constructions de l’hôtel, qui devrait ouvrir en 2018.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :