Mosaïques d’époque ostrogothe trouvées près de Vérone en Italie

On sait depuis longtemps que le sol de Montorio, petite ville aujourd’hui englobée dans l’agglomération de la ville de Vérone, en Italie du nord, recèle des vestiges archéologiques. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’y sont exhumées des mosaïques. Déjà en 1843, puis vers 1909, et enfin en 1975, des mosaïques provenant d’une villa du Ve – VIe siècle avaient déjà été mises au jour. De fait, ces trouvailles et d’autres découvertes archéologiques éparses attestent de la présence d’un grand complexe résidentiel fortifié s’étendant sur une superficie totale de 3,7 hectares, ainsi que d’autres zones résidentielles dispersées dans une zone plus large autour de Montorio.

Cette fois, ce sont des travaux de creusement visant à remplacer des conduites de gaz qui ont conduit au dégagement de nouveaux fragments de mosaïques. Elles représentent des motifs géométriques, des figures marines (comme un possible dauphin) et des coquillages : un décor associé à l’univers aquatique, qui laisserait penser que ces mosaïques ornaient les thermes d’une villa.

La qualité exceptionnelle de leur réalisation pour cette période laisse penser que l’ensemble mis au jour pourrait être associé à Théodoric le Grand, ou pour le moins à un de ses hauts dignitaires. Né vers 455, ce personnage ambitieux, appartenant à l’un des deux lignages royaux principaux des Goths, parvint à se rendre maître de l’Italie en 494 où il établit un royaume ostrogoth. Mais ses ambitions ne s’arrêtent pas là : il va de fait gouverner un grand royaume wisigo-ostrogothique comprenant le sud de la Gaule, qu’il a conquis, ainsi que l’Espagne wisigothique qu’il gouverne jusqu’à sa mort en 526 au nom du jeune roi Amalaric.

Sur le plan intérieur, Théodoric (qui a été éduqué pendant de nombreuses années à la cour de l’empire romain d’Orient), met en œuvre une politique culturelle marquée par la volonté de revivifier la culture antique. Il établit sa capitale à Ravenne où il fait édifier plusieurs monuments. Il fait également reconstruire de nombreux ouvrages et monuments civiques romains ruinés par des décennies d’abandon dans de nombreuses villes italiennes. Il fait ainsi restaurer à Rome le palais de Domitien sur le Palatin, la Curie du Sénat, le théâtre de Pompée ainsi que des aqueducs, des égouts et un grenier.

La réalisation de ce complexe résidentiel et de ses mosaïques, peu éloigné du centre du pouvoir ostrogoth, aurait ainsi pu faire partie de ses commandes.


Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire