Suisse : une curieuse découverte près d’un ancien camp romain

Une curieuse découverte a eu lieu lors de fouilles menées avant un projet de développement urbain dans la commune de Windisch, dans le canton d’Argovie au nord de la Suisse. Les archéologues ont retrouvé un pot rempli de lampes à huile et de pièces de bronze remontant à l’époque romaine.

Vue de l'amphithéâtre de Vindonissa. Credit : Micha L. Rieser, CC by SA 3.0.
Vue de l’amphithéâtre de Vindonissa. Credit : Micha L. Rieser, CC by SA 3.0.

A cette époque, près du site de cette actuelle petite ville d’environ 7000 habitants, se trouvait le camp romain de Vindonissa. Il fut probablement fondé en l’an 15 pour stationner la 13ème légion Gemina. A partir de 44 ou 45, il abrite la 21ème légion Rapax et ses fortifications sont rebâties en pierre. Cette légion s’étant livrée à des pillages dans la région en 69, elle est remplacée à la 11ème légion Claudia qui y reste jusque vers 101, année durant laquelle Trajan l’envoie sur le Danube pour préparer l’invasion de la Dacie.

Après cette date, Vindonissa devient une colonie civile, mais au IVe siècle les Alamans menacent la sécurité de la zone et un fortin y est réétabli.

Aujourd’hui, un couvent médiéval occupe le centre de l’ancien camp romain mais de nombreuses traces de cette époque sont connues, notamment un amphithéâtre, un aqueduc, des sanctuaires, le port, quatre cimetières et une mansio (un gîte d’étape sur une voie romaine).

Le pot rempli de lampes à huile. Credit : département d'archéologie du canton d'Argovie.
Le pot rempli de lampes à huile. Credit : département d’archéologie du canton d’Argovie.

La découverte récemment réalisée près de ce camp est cependant plus intrigante que tout ce qui avait été trouvé jusqu’alors : le pot, typique des pots de cuisine utilisés par les soldats stationnés à Vindonissa, comprend 22 lampes à huile. Dans chacune d’entre elle a été soigneusement placée une pièce de bronze. Le pot contenait aussi des fragments calcinés d’os animal.

Les lampes sont toutes décorées d’une image, figurant la déesse de la lune Luna, un gladiateur, un lion, un paon et une scène érotique. Les pièces de bronze, qui permettent de dater cette trouvaille puisqu’elles remontent aux années 66-67, n’avaient qu’une faible valeur. C’est surtout la quantité et la combinaison des lampes et des pièces qui étonnent les archéologues et leur laisse envisager l’hypothèse d’un enterrement rituel. Cette supposition ne peut cependant être vérifiée pour le moment par manque d’autres découvertes comparables.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :