Un immense camp militaire viking repéré en Angleterre

Au IXe siècle, l’expansion des Vikings, danois, norvégiens ou suédois, connaît son apogée. L’Angleterre, depuis longtemps cible des raids des terribles navigateurs, devient une terre de conquête. En témoigne la découverte récente d’un immense camp militaire viking, qui a dû abriter des milliers de guerriers.

Un camp militaire viking plus grand que bien des villes.

Longtemps débattue, la localisation et la taille exactes de ce camp viennent d’être déterminées par des recherches menées par des archéologues des universités de Sheffield et de York. Il se situait à Torksey, dans le comté de Lincoln, où il occupe un emplacement stratégique et facilement défendable près de la rivière Trent.

Quant à sa taille, les archéologues l’estiment à au moins 55 hectares, soit bien plus que la plupart des villes de l’époque, y compris York. Ce qui fait dire au professeur Hadley, chef du département d’archéologie de l’université de Sheffield, que « le camp de Torksey était bien plus qu’un rassemblement d’une poignée de guerriers – c’était une base immense, plus grande que la plupart des villes de l’époque, comptant des commerçants et des familles, des festins et des divertissements ».

Une base de repos pour les mois d’hiver.

Les recherches archéologiques sur le site ont montré que les diverses facettes de ce qui était bien plus qu’un simple camp militaire. Certes, il abritait des milliers de guerriers vikings et servait de base de repli pour les mois d’hiver, en attendant que le printemps permette de lancer de nouveaux raids. Mais il servait aussi à la réparation des navires.

Plus encore, le camp militaire de Torksey était un lieu de vie.  S’il accueillait des milliers de guerriers vikings, il comptait aussi des femmes et des enfants, qui vivaient temporairement sous des tentes. Parmi les activités de ces guerriers et de ces familles : les jeux qui devaient rendre plus agréable l’attente durant les mois d’hiver. Près de 300 pièces de jeu en plomb ont été retrouvées, la plupart grâce à des détecteurs de métaux.

Un centre commercial.

Mais d’autres découvertes sur le site montrent que le camp était également un véritable centre commercial. Les Vikings y transformaient le produit de leurs pillages, fondant le métal pour en faire des lingots d’or et d’argent, communément utilisés pour leurs échanges. Ils y fabriquaient aussi des biens, comme des broches en argent, et le camp n’était pas à l’écart des routes commerciales des hommes du nord, puisque sur les 300 pièces de monnaie qui ont été retrouvées jusqu’à présent, une centaine en argent provenaient du monde arabe.

Le témoignage d’une évolution tactique.

Le camp militaire viking de Torksey montre aussi un changement de paradigme. Au début de leur expansion, les Vikings se contentaient de mener des raids sur les lieux vulnérables, comme des monastères, situés près des côtes ou des rives des grands fleuves. Puis ils retournaient en Scandinavie pour y passer l’hiver. Mais au tournant du IXe siècle, leur nombre augmentant, certains décidèrent de rester et d’installer des bases plus pérennes.

C’est le début d’un autre processus : les Vikings ne cherchent plus seulement à piller, mais aussi à conquérir et contrôler. Cela va conduire à de nombreuses guerres contre les royaumes anglo-saxons, comme celui d’Est-Anglie et de son roi Edmond, dont la légende veut qu’il ait été martyrisé par les Danois. Finalement, ces campagnes vont aboutir à la création de plusieurs principautés vikings en Angleterre, mais aussi à l’établissement des Vikings en Normandie ou à la colonisation de l’Islande.

Or, ces conquêtes n’auraient pas pu être couronnées de succès sans des camps militaires comme celui de Torksey.

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *