Splendides bronzes retrouvés dans une tombe chinoise vieille de 3100 ans

Il ne s’agit pas là d’une découverte très récente, puisqu’elle remonte déjà à plusieurs années. Mais comme souvent en ce qui concerne l’archéologie chinoise, les publications ont lieu en différé et leur traduction n’est pas non plus immédiate. Ainsi, l’article relatant la trouvaille de ces bronzes n’a été publié en Chine qu’en 2016, et vient d’être traduit en anglais.

56 tombes du début de l’époque zhou.

L’histoire commence en 2012 à Baoji, dans la province centrale du Shaanxi. Cette région fut l’un des coeurs de la Chine antique et médiévale, et a abrité les capitales de plusieurs dynasties. Ainsi, Baoji se trouve ainsi stratégiquement située à 200 km en amont de Chang’an (aujourd’hui Xi’An), qui fut la capitale de nombreuses dynasties chinoises (Zhou occidentaux, Qin, Han, Tang).

En travaillant à la construction de lotissements, des ouvriers découvrent des objets en bronze. Les archéologues appelés sur les lieux vont mettre à jour 56 sépultures, remontant au début de la dynastie Zhou (-1046 à -256), dont une particulièrement remarquable, appelée M4.

Les restes très décomposés d’un individu ont été retrouvés dans cette sépulture, mais les archéologues n’ont pu déterminer son identité, ou même s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. Au vu de trouvailles réalisées dans la tombe, ils considèrent cependant qu’il appartenait à l’élite, peut-être proche du pouvoir royal, et qu’il pourrait avoir été un chef de haut rang, ou l’épouse d’un chef.

De splendides ustensiles de bronze.

Les archéologues ont en effet retrouvé dans la tombe M4, placés dans des niches aménagées dans les parois de la sépulture, des ustensiles de cuisine en bronze d’une qualité artistique exceptionnelle.

bronzes shang tombe zhou baoji shaanxi chine

Ils comprennent notamment une soupière à quatre poignées, dotée de 192 pics et décorée de dragons et d’oiseaux, ainsi que de 24 têtes de bovins (photo de couverture). Deux récipients à vin en forme de cerfs ont aussi été retrouvés, gravés de motifs complexes.

Les archéologues considèrent que ces ustensiles, s’ils étaient bien utilisés pour servir de la nourriture, devaient avoir une fonction de vaisselle rituelle pour des cérémonies religieuses ou des funérailles.

Une période de conflit.

royaume-antique-shang
Etendue du royaume Shang à son apogée.

Or ces tombes remontent à une époque bien particulière : celle d’un conflit entre la dynastie des Zhou et celle des Shang, plus ancienne. La dynastie Shang est en effet la plus ancienne de l’histoire traditionnelle chinoise dont des preuves archéologiques aient été retrouvées. Elle s’épanouit entre 1600 et 1046 avant notre ère autour de la région d’Anyang et domina un ensemble assez vaste avant d’être détruite par les Zhou. Bien que connue par les sources, c’est surtout grâce à l’archéologie que l’on connaît aujourd’hui les Shang, notamment par les fouilles de Yixu, où des os oraculaires ont été découverts. Plus récemment, des recherches ont montré que les Shang sacrifiaient probablement leurs esclaves lors des rituels funéraires de leurs dirigeants.

Toujours est-il que vers -1046, les Zhou remportent la bataille de Muye contre les Shang. Ils détruisent alors cette dynastie, s’arrogent le pouvoir central et s’emparent des terres de leurs adversaires.

Or certains ustensiles retrouvés dans la tombe comportent des inscriptions qui mentionnent les noms de différents clans Shang. Cela amène les chercheurs à penser que ces objets appartenaient à l’origine à ces clans : une hypothèse expliquant leur présence dans cette tombe zhou serait qu’il s’agissait de prises de guerre.

Après avoir détruit la dynastie Shang, les rois Zhou ont en effet distribué les prises de guerre à leurs officiers militaires méritants. Des ustensiles en bronze faisaient généralement partie de ce genre de cadeaux, et la personne enterrée dans la tombe aurait ainsi pu recevoir ses bronzes de cette manière.

bronze-boeuf-vin-shang
Un récipient à vin en bronze en forme de boeuf, période Shang tardive, musée de Shangai.

Or, certains ustensiles comportent des inscriptions incluant les noms de différents clans Shang, ce qui laisse penser les chercheurs qu’ils appartenaient à l’origine à différents clans des Shang.

Une hypothèse de leur présence dans cette tombe serait alors que les Zhou s’en soit emparés au cours du conflit, et que l’occupant de la tombe en ait reçu certains en cadeau. « Après avoir détruit la dynastie Shang, les rois Zhou ont distribué les prises de guerre à leurs officiers militaires méritants, et ce genre de cadeau comprenait généralement des ustensiles de bronze », ont écrit les archéologues.

 

 

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :