Le Machu Picchu porte-t-il un faux nom depuis plus d’un siècle?

C’est l’un des sites archéologiques les plus connus du monde : l’ancienne citadelle inca du Machu Picchu, au Pérou. Un lieu et des vestiges fascinants, « redécouverts » il y a un siècle. Et si le Machu Picchu avait justement été faussement renommé lors de cette « redécouverte » ? C’est la thèse que soutien un nouvel article universitaire.


La redécouverte d’un site unique.

Déserté par ses habitants, la cité inca perchée du Machu Picchu est largement oubliée pendant l’ère coloniale. Seuls les habitants de la vallée voisine connaissent l’existence des vestiges. Trois explorateurs de Cuzco les auraient peut-être visitées dès 1901, ainsi que deux missionnaires en 1906.

Mais c’est Hiram Bingham qui restera pour la postérité le « découvreur » du Machu Picchu. Cet universitaire américain, délégué au premier congrès scientifique panaméricain au Chili, passa par le Pérou à son retour et, réalisant que de nombreux vestiges incas restaient inexplorés, organisa en 1911 l’expédition péruvienne de l’université de Yale. L’un des objectifs de cette expédition était de retrouver la dernière capitale des Incas, mentionnée dans les textes historiques. L’expédition visita ainsi Vitcos, Vilcabamba avant d’atteindre le Machu Picchu, que Bingham identifia à tort comme cette capitale perdue.

C’est un propriétaire terrien local, Melchor Arteaga, qui conduisit l’explorateur américain au Machu Picchu le 24 juillet 1911. Lorsque Bingham lui demande comment s’appelle le site, Melchor écrit « Macho Pischo », dont la prononciation, selon Bingham, était plus proche de « Picchu ». Picchu signifie « sommet » ou « montagne » en quéchua, Machu Picchu veut dire le « vieux sommet ». C’est ce nom qui va rester, repris à l’envie sur les cartes, documents et livres d’histoire, alors que cette découverte fascine et renforce le mythe des villes perdues des Incas.

>> Les Incas, mystères et archéologie d’une civilisation disparue.

>> Une nouvelle cité inca perdue découverte au Pérou ?


Comment s’appellerait donc le Machu Picchu ?

Ce sont deux historiens, Donato Amado Gonzales du ministère péruvien de la Culture, et l’archéologue Brian S. Bauer, professeur d’anthropologie à l’Université de l’Illinois Chicaco (UIC) qui sont à l’origine d’une étude soutenant que l nom donné au site par Bingham est erroné. Pour en arriver à cette conclusion, ils se sont penchés sur les notes de terrain originales de Bingham, des cartes de la région datant du début du XXe siècle et des documents anciens provenant de différentes sources.

Nous avons commencé par l’incertitude quant au nom des ruines lors de la première visite de Bingham, puis nous avons examiné diverses cartes et atlas imprimés avant la visite de Bingham aux ruines. Il existe des données significatives suggérant que la cité inca s’appelait en réalité Picchu ou, plus probablement, Huayna Picchu ».

Brian S. Bauer
Cité Inca Machu Pichu
Les vestiges de la cité inca avec, en arrière-plan, le Huayna Picchu.

Différents éléments appuient cette hypothèse. Tout d’abord, un atlas de 1904 (soit 7 ans avant la « découverte » de Bingham), dans lequel les ruines d’une cité inca appelée Huayna Picchu (littéralement « jeune montagne ») sont mentionnées. Puis, alors qu’il se trouvait à Cuzco, l’explorateur américain a été informé en 1911 de l’existence de vestiges appelés Huayna Picchu et se situant le long de la rivière Urubamba. Par la suite, le fils d’un habitant de la vallée a dit à Bingham en 1912 que les ruines s’appelaient Huayna Picchu.

Cependant, un autre témoignage, plus ancien, constituerait le lien le plus définitif avec le nom original de la cité inca. Il s’agit de récits écrits par les conquistadors espagnols peu après la prise de Cuzco, à la fin du XVIe siècle. L’étude rapporte que ce récit impressionnant décrit que les indigènes de la région envisageaient de réoccuper le site qu’ils appelaient « Huayna Picchu ».

Aujourd’hui, Machu Picchu désigne à la fois le site archéologique et la montagne située de l’autre côté des ruines. Il semble pourtant que c’est le nom de l’autre montagne du site, le Huayna Picchu, présente sur toutes les photographies, qui correspondrait à la réalité historique. Mais il est bien peu probable que la cité inca reprenne jamais son véritable nom…


Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire