Un loup sacrifié et des bijoux d’or dans un trésor aztèque au centre de Mexico

Les restes de la capitale aztèque, qui reposent sous la ville moderne de Mexico, rejaillissent régulièrement à la faveur des chantiers ou des fouilles conduites dans la cité. De nombreuses découvertes ont été réalisées ces derniers mois, mais celle, très inhabituelle, d’un trésor composé de nombreux objets en or représente certainement l’une des plus spectaculaires.

Tenochtitlan, une cité lacustre.

Au début du XIIIe siècle, les tribus mexicas venues du nord s’établirent dans la vallée de Mexico et fondent différentes cités-Etats, dont deux sur une île du lac de Texcoco : Tlatelolco et Tenochtitlan.

diego-rivera-marché-de-Tlatelolco-vue-tenochtitlan-mexico
Le marché de Tlatelolco (1945), Murales de Diego Rivera au Palais National de Mexico. Au fond, le centre cérémoniel de Tenochtitlan.

Fondée en 1325, cette dernière forme à partir de 1428 une Triple Alliance avec deux autres cités, mais devient tellement dominante que l’on parle surtout de l’empire aztèque. Cité lacustre, elle se développe rapidement, absorbe Tlatelolco et devient la plus grande cité préhispanique de l’époque sur le continent américain

Lorsque Hernan Cortés atteint la ville en 1519, elle compte probablement entre 200 et 300000 habitants. Les relations entre les Espagnols et les Aztèques se détériorent rapidement et dégénèrent en conflit ouvert. Exploitant les inimitiés de nombreux peuples envers la Triple Alliance, et profitant de l’épidémie de variole qui ravage les communautés indigènes, le conquistador assiège Tenochtitlan en 1521. Après 75 jours de siège, la ville est prise et presque systématiquement détruite. Le sol est nivelé, et le lac en grande partie comblé. Sur les ruines, les nouveaux maîtres du Mexique construisent leur cité coloniale, Mexico.

Un trésor près du Templo Mayor et de Zocalo.

cathédrale-mexico-templo-mayor
Les ruines du Templo Mayor et la cathédrale de Mexico en arrière-plan.

Bien peu de vestiges de la cité préhispanique restent apparents après la conquête. Le centre cérémoniel de la capitale aztèque, où s’élevaient les plus grands sanctuaires de la ville, devient le cœur de la ville coloniale : la cathédrale y est construite sur les restes du Templo Mayor, donnant sur une grande place, Zocalo.

Dans cette zone densément construite, c’est la démolition de deux immeubles qui a permis aux archéologues de découvrir en avril un trésor de l’époque aztèque. Or il a bien failli ne pas parvenir jusqu’à nous : la cache de pierre a en effet été perturbée par la construction d’un égout vers 1900, et les archéologues d’aujourd’hui ne doivent qu’à un hasard providentiel que les ouvriers n’aient pas aperçu et pillé les objets d’or.

Le trésor remonte à l’époque d’Ahuitzotl (1486 – 1502), qui fut probablement le plus puissant des empereurs aztèques. Il étendit sa domination sur de nombreux peuples de la côte pacifique, repoussant les frontières de son empire jusqu’au Guatemala, mais présida aussi à la reconstruction monumentale du centre de Tenochtitlan, agrandissant notamment le Templo Mayor en 1487.

Un jeune loup et de l’or, pierre maîtresses du trésor.

cache-sacrificielle-aztèque-tenochtitlan-zocalo
Vue de la cache abritant les restes du loup et les autres offrandes sacrificielles.

Il s’agit en fait d’un dépôt sacrificiel composé d’animaux de l’air, de la terre et de la mer, qui avaient tous un sens spirituel profonds pour les Aztèques. La pièce maîtresse en était un jeune loup âgé de 8 mois, qui a été revêtu d’ornements d’or ainsi que d’une ceinture de coquillages provenant de la côte atlantique. Ses restes reposaient dans le coffre de pierre, sur une couche de couteaux en silex. Il était disposé face à l’ouest, et représenterait Huitzilopochtli, le dieu aztèque de la guerre et du soleil. Les loups étaient en effet sensés guider les guerriers tombés au combat à travers la dangereuse rivière du monde souterrain. Les archéologues ont l’intention de réaliser des tests sur ses côtes pour savoir si le cœur de l’animal a été arraché de son corps au cours du sacrifice, comme lors de l’immolation des guerriers capturés au combat sur les plateformes des temples.

trésor-or-aztèque-tenochtitlan-zocalo
Détail de certains ornements en or du trésor.

Au total, près de 22 objets en or ont été retrouvés, dont des pendentifs, un anneau nasal et une plaque décorative de poitrine. Non seulement leur nombre, mais aussi leur qualité sont inhabituels : en près de 40 ans de fouilles autour du site, 205 dépôts d’offrandes ont été exhumés, mais seulement 16 d’entre eux comportaient des objets en or. Ce métal avait une haute valeur symbolique pour les Aztèques, même si le jade ou les plumes de quetzal – un oiseau d’Amérique central à la longue queue verte et brillante – étaient considérés comme encore plus précieux.

 

Voir aussi : les Indiens Pueblos élevaient-ils des perroquets pour leurs plumes ?

Retour vers la page d’accueil

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :